ORIGINE

VRAIMENT INCROYABLE

L’ingénieur agronome suisse Alfonso Scherer est parti pour l’Argentine en 1926 avec la simple intention de cultiver du maté. Ce fut la pose de la première pierre d’une ville naissante.

CULTURE

VRAIMENT RÉSISTANT

Les graines de la plante de maté ne peuvent germer dans le sol que si elles sont traitées. Ce mystère fut élucidé par les Jésuites au 17ème siècle seulement: pour que le germe puisse percer l’écorce dur, le fruit doit d’abord transiter par l’appareil digestif d’un oiseau. Ce mystère enfin résolu, les Guarani, qui avaient pendant des siècles récolté le maté de buissons sauvages, pouvaient enfin le cultiver.

 

ZÜRICH

VRAIMENT AVENTUREUX

Boire du PUERTO MATE® Tereré, c’est vivre l’aventure. En effet, PUERTO MATE® offre ce qu’on ne peut que rêver: une histoire véridique! Cette histoire ne commence pas en Argentine, mais à Zürich – avec le Professeur Andreas Sprecher von Bernegg. L’auteur et spécialiste des plantes tropicales et subtropicales à importance économique mondiale fut chargé de cours au Département d’Agronomie du Polytechnicum de Zürich dès 1923. Son enthousiasme débordant pour l’agronomie et le maté en particulier se reporta sur ses étudiants, parmi lesquels figurait un certain Alfonso Scherer! Le Professeur Sprecher von Bernegg réussit à le persuader de cultiver lui-même le maté en Amérique du Sud.

ARGENTINE

UN VRAI FONDATEUR

En 1926, Alfonso Scherer, alors ingénieur agronome, se joint à des entrepreneurs suisses dans le but d’exploiter des terres acquises en Amérique du Sud. Le 25 septembre, ils débarquèrent dans la province argentine de Misiones et fondirent avec l’aide d’ouvriers paraguayens la colonie Puerto Esperanza au milieu de la forêt vierge. Sur l’exploitation agricole d’Alfonso Scherer – qui est encore aujourd’hui en propriété familiale et qui produit notre maté – débuta alors la culture de la plante du maté.